Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

systar - Page 3

  • Le miroir aux vampires – Fabien Clavel

    miroir-vampires.JPGJe me suis pris d’affection pour les personnages et pour l’ambiance, et j’avoue que surtout, ça fait du bien de se replonger dans les années lycée ! Cette partie de notre vie tellement importante et particulière et qui passe tellement vite ! J’ai souri, je me suis retrouvée parfois, j’ai grincé des dents… Bref, j’ai passé un bon moment ! De plus, l’auteur (masculin) a vraiment su entrer dans la tête d’une ado de Terminale, c’est assez rare pour être souligné !
    Les pages sur le blog de Cerise, la fille la plus populaire du lycée mais tellement superficielle ajoutent un petit peu d’air frais (ou pas !), on ricane de ses fautes d’orthographe et de son égo surdimensionné…

    Le côté fantastique ou plutôt devrais-je dire vampirique donne du piment à l’ouvrage. J’ai aimé la représentation que ces créatures ont des humains, assez cynique mais relativement juste….
    Certaines choses en revanche, m’ont parues peu crédibles et j’avoue avoir eu du mal à me retrouver dans les explications de la fin.

    Le ton est résolument moderne, Léa s’exprimant avec un vocabulaire de son âge mais le tout est fluide, facile à lire et même bien agréable.

    Malgré, donc, quelques petites déconvenues et un rythme un peu lent, je trouve que ce roman est intelligent (la montée insidieuse du totalitarisme en particulier ou encore l’effet de groupe…). Sous des dehors divertissants, une vraie réflexion s’impose. La touche de fantastique est intéressante (bien que parfois confuse, j’ai trouvé) et je lirai certainement le deuxième tome surtout que j’ai vraiment pris plaisir à parcourir le premier.


    De plus, malgré son grand format, ce roman ne vaut que 13 euros ! C’est assez rare pour être souligné.

  • Wisconsin de Mary Relindes Ellis

    Si j'adore la littérature anglo-saxonne contemporaine, c'est grâce à des romans comme celui là. Wisconsin est le premier livre de Mary Relindes Ellis et presque tout y est: une histoire émouvante, un style si agréable que l'on se surprend à lire à vois basse, pour le plaisir des mots, des wisconsinpersonnages attachants, qu'on adore ou qu'on déteste. Bref, le b.a ba de la littérature, à savoir RACONTER UNE HISTOIRE et y entraîner son lecteur.

    Wisconsin, c'est l'histoire de deux familles, sur fond de guerre du Vietnam et d'Amérique profonde. D'un côté, les Lucas, prototype de la famille où il fait bon...de ne pas être né. De l'autre, les Morriseau, couple sans enfants et profondément humaniste.

    La guerre est l'axe autour duquel tournent le vécu et les séquelles des protagonistes. Mensonge, détresse de l'attente, deuil, souffrance physique et morale mais aussi renaissance sont évoqués tout au long de ces belles pages. Un beau roman, prenant et finalement, résolument optimiste.

    Mon conseil: sans hésiter, demandez le à votre gentil libraire...

  • Du bruit dans les tuyaux… de Aude E. Lynésis

    steampunk.JPGLa première chose à savoir sur cette nouvelle est qu’elle est du genre steampunk, un genre bien particulier  qui a directement attiré mon attention. Je n’avais jamais lu de steampunk, et j’ai adoré  ! Mais venons en à la nouvelle en elle-même…

    Un univers complet et captivant

    Malgré le format nouvelle qui oblige à se limiter à une histoire courte, l’univers est très bien développé. La plume de l’auteur nous immerge rapidement dans ce nouveau monde, et les détails m’ont plongée dans l’histoire.

    Et si l’univers sort de l’imagination de l’auteur, on remarque tout de même qu’elle a fait ses recherches. En effet, l’intrigue se déroule dans le Paris du 19ème siècle de manière très réaliste grâce à de petits éléments par-ci par là qui nous plongent totalement dans l’ambiance :).

    Des personnages marquants et une intrigue prometteuse

    Je me suis rapidement attachée aux personnages, qu’il s’agisse de Zélie (l’héroine) ou des personnages secondaires comme Miette et Luna ! C’est pour moi un gros point positif car malgré le peu de pages, j’ai directement accroché à leurs différentes personnalités.

    Quant à l’intrigue, elle est intéressante et surtout, elle donne envie d’en découvrir encore plus ! La fin nous laisse une ouverture sur un nouveau monde fascinant. À savoir : cette nouvelle est le prélude d’un futur roman intitulé « Dans le ventre de la Terre ».

    En bref

    Cette nouvelle fut une très bonne découverte, à lire donc :p. Je n’ai qu’une chose à ajouter : j’attends la suite ! En attendant, vous pourrez trouver plus d’informations ainsi qu’un extrait sur le site de l’auteur. Pour ceux qui le souhaitent, un making-of de la couverture est également disponible.

     

     

  • Kill All Enemies, Melvin Burgess

    kill.JPGHéros malgré eux, Billie, Rob et Chris nous racontent leur histoire...."

    Trois ados en échec scolaire (pour des raisons très variées). Trois ados au grand cœur qui ne réussissent pas grand-chose.

    Billie est une battante. Et une bagarreuse. Mais comment faire autrement après des années ou elle s’est occupé de sa famille comme une adulte en palliant  à l’absence d’une mère alcoolique ? Cette mère qui n’en veut plus maintenant, tout en gardant les deux plus jeunes ? Billie n’arrive plus à contrôler sa rage, des qu’une contrariété se présente.

    Rob, fan du groupe Metallica, vit avec son beau père qui le cogne depuis des années. Pour un oui et pour un non. Il protège son petit frère, s’arme de courage en écoutant Metallica et se dégonfle régulièrement face aux caïds du collège et face à son beau père. Un tout petit tas de merde (c’est lui qui le dit…) 

    Chris est le plus tranquille. Les parents s’inquiètent pour lui. Ses problèmes scolaires mettent son père en rogne. Rien à faire, Chris refuse de travailler et de faire ses devoirs. Et il a plusieurs tours dans son sac.

    Tout les trois vont se retrouver dans un centre de réinsertion pour les ados, une école, ou par hasard il y a des gens qui essayent de comprendre.
    Rien n’est gagné, tout est à refaire, y compris la dignité que ces ados ont perdue (selon eux) depuis longtemps.
    Un roman poignant, touchant, énervant (selon le lecteur). Melvin Burgess s’attaque une fois de plus au sujet difficile. Après la drogue, la chirurgie esthétique, les foyers pour les orphelins…l’échec scolaire.
    Une justesse sans faille pour ce récit qui montre la vie de ces ados en difficulté, fiers et insensibles à première  vue, mais également des difficultés que les organismes sociaux peuvent rencontrer face à ces adolescents.
    Melvin Burgess est un grand auteur. Il le prouve une fois de plus.

  • Le Maître du Haut Château de Philip K. Dick - suite

    De la pure science-fiction

    philip dick.JPGIl est difficile de dire que ce livre est de la science-fiction. Ce point est abordé dans le roman par rapport à la sauterelle où deux des personnages confrontent leur avis contraire.
    Pourtant, ce livre recèle un passage de pure science-fiction. Un des personnages viendra se balader dans l’univers du livre à moins que cela soit le nôtre. Il est intéressant d’observer sa réaction.

    Au final

    Ce livre nous fait partager un moment de la vie des personnages. Il n’y a pas de début, pas de fin, pas de but, pas de victoire du moins globale. La fin nous fauche nous laissant sur notre faim, mais en y réfléchissant bien, on se demande ce qu’on aurait aimé avoir de plus.
    Nous avons marché dans leurs chaussures, compris leurs préoccupations, leurs emplois, leur croyance avec la consultation de l’oracle. Une fois cela fait, il était normal de s’éclipser et de les laisser vivre.
    Ce qui n’empêche pas d’être frustré et de se demander si on a aimé le livre ou pas. Si on l’a apprécié par respect pour l’auteur ou pour le livre lui-même.

    Aurais-je pu vivre dans ce monde ?

    Bien sûr, tant qu’on ne sait pas comment serait le monde si…
    Et avec des si…

  • Le Maître du Haut Château de Philip K. Dick

    Histoire

    chateau.JPGNous suivons la vie de quelques personnes qui ne rencontrent pas forcément, mais qui nous font découvrir leurs vies et leur pays sous des angles différents.

    — Un officier allemand en mission secrète se faisant passer pour un commercial suédois.
    — Le commercial japonais qui doit l'accueillir : M. Tagomi.
    — L'antiquaire Childan qui à la fois méprise, admire et redoute les Japonais.
    — Un ouvrier américain juif, Frank, qui cherche par l'artisanat à vaincre, en lui, la rancœur de l'occupation.
    — L'ex-femme de Frank, Juliana, qui vit dans les Montagnes Rocheuses.
    Et d’autres comme un routier italien, l’ex-contremaitre de Childan…

    Il est frappant la description de la suprématie des Japonais et l’intégration de leurs coutumes auprès de la population dominée. Les blancs n’occupent aucune haute fonction, même s’ils sont au-dessus des noirs qui sont réduits à l’esclavage.
    La population doit suivre un code calqué sur les us et coutumes de leurs occupants qui eux, en retour, imitent les Américains d’avant-guerre pour ce qui est de leurs goûts musicaux, d’ameublement, de collection ou de mode de transport.
    On peut aussi noter l’extermination quasi automatique des juifs par les Allemands dont les arrestations sont facilitées par les dirigeants japonais.

    L’espoir

    L'espoir est un livre dont le titre est « La sauterelle pèse lourd » écrit par Hawthorne Abendsen habitant dans un haut château protégé par des armes, du fil barbelé et des pièges.
    Ce livre est interdit par les Allemands pour leur propre sécurité. Ce livre est une Uchronie où Roosevelt ne se fait pas assassiner et les forces de l’Axe finissent par perdre la guerre.
    Très controversé par les dirigeants, ce livre est largement lu par les habitants que ce soit par rêve ou par curiosité. Quoi qu’il en soit, ce livre ne laisse personne indifférent.